• Fantasme d'O


    Tu n'es qu'un inconnu.
    Je dépose un baiser sur ta joue,
    Ta si douce joue, si pâle, si froide;
    Te regardant dans les yeux, j'y voit la pâleur de tes cieux.
    De légère boucles blondes tombent sur tes tempes.
    Je t'embrasse à nouveau.
    Que j'aime cette joue, sa clarté, sa couleur,
    Ta si séduisante odeur!
    Mes sens s'emportent.
    Je couvre ton visage de mes baisers jusqu'à atteindre tes lèvres;
    Ton charme m'envoûte, il me déroute;
    Je veux t'appartenir, pour une seconde, t'entendre frémir;
    Sentir ta main au creux de ma nuque, decoiffant mes longues mèches.
    Bel inconnu de mes songes, tu vis au rythme de mes battements de coeur,
    Emprisonné dans l'éther de mes nuits, ton image m'entête;
    Quel est ce sortilège qui me fait te voir à chacun de mes pas
    Immortelle rêverie, Ô ne m'oublie pas!

  • Commentaires

    1
    Lundi 13 Août 2007 à 18:59
    MAGNIFIQUE
    je n'ais pas trouvé d'autres mots pour décrire ce poeme.. Bonne soirée. Continues comme ça ! A bientôt.
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :